Zombie Walk : quèsaco ?

Aujourd’hui avait lieu la première Zombie Walk de Marseille. Cette « marche de zombies » est un événement de plus en plus populaire, en France comme dans les grandes villes européennes et mondiales – ce sont les États-Unis et le Canada qui ont lancé la mode au début des années 2000. Le principe ? Se grimer en mort vivant ! Plaies ouvertes et sanguinolentes, visages blafards, morceaux de chairs tombantes… font partie des indispensables du déguisement ! La démarche titubante, le regard vide et le gémissement agonisant complètent la panoplie. Les zombies avancent en groupe dans la ville, parfois en rampant, parfois en s’accolant aux vitres des boutiques ou des bus pour effrayer les gens.

Zombie Walk de Marseille © Éric da Silva

Le phénomène Zombie Walk est directement lié aux amateurs de films gores et d’épouvante, particulièrement accros aux histoires de morts-vivants. Le réalisateur George A. Romero, à qui l’on doit, entre autres, la saga des Zombies et La Nuit des morts-vivants, est un véritable Dieu dans le genre. 28 jours plus tard, la parodie anglaise Shaun of the Dead et la série The Walking Dead, adaptés des comic books de Robert Kirkman, ont également vulgarisé la tendance. L’approche de la prétendue fin du monde, le 21 décembre 2012, y est aussi peut-être pour quelque chose…

Zombie Walk de Marseille © Éric da Silva

  • Les origines

Pour la petite histoire, l’origine du mot « zombie » provient de la culture vaudou, africaine puis haïtienne. Un zombie est alors un être envoûté par un sorcier, vivant mais inconscient. Des voyageurs américains rapportent le mythe dans leur pays dans les années 1930. Très vite, il attise la curiosité et suscite la fascination…

Zombie Walk de Marseille © Éric da Silva

  • Qu’est-ce qu’un zombie ?

La figure du zombie se traduit de différentes façons dans les livres, les films ou selon les époques. Il s’agit souvent d’individus contaminés par un mystérieux virus et extrêmement contagieux, dont l’âme est morte mais le corps vivant. Le zombie est également considéré comme un homme sans identité, contrôlé par d’autres ou une force extérieure. Dans les années 1950, cet état aliéné relève de la peur d’être manipulé mentalement par les nazis ou encore les Russes ou les Coréens qui auraient mis au point des traitements pour effacer la mémoire ou lobotomiser leurs patients à leur insu. Un peu plus tard, c’est la peur de l’énergie nucléaire qui anime les zombies. Aujourd’hui, ils représentent des êtres abrutis par le confort, dénués de jugement et conditionnés par la société de consommation. Ce mort qui revient à la vie sort de sa tombe, affamé de chair et de sang, et part en quête de nourriture humaine… Parce qu’elle aborde le sujet délicat et tabou de la mort, l’image du zombie a longtemps été représentée avec une note d’humour dans des films d’horreur teintés de comédie, poussant même au ridicule…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

4 réflexions sur “Zombie Walk : quèsaco ?

T'en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s