Twilight n’est pas immortel

Une semaine après sa sortie en salle, je me suis laissé tenter par le dernier volet de Twilight, longuement intitulé : Twilight – Chapitre 5 : Révélation 2e partie. L’ultime épisode clôt une saga de cinq films démarrée en 2009.

Je me rappelle encore de la première fois où j’ai entendu parler du premier chapitre, Fascination. La bande annonce ne m’attirait pas du tout – je déteste le genre fantastique et les flirts d’ados ne m’inspirent guère plus. Pourtant, plusieurs mois après la sortie du film sur grand écran, un extrait a attisé ma curiosité : quand Edward stoppe d’un seul bras la camionnette qui se rue sur Bella. J’ai alors décidé de faire un effort et de découvrir ce long métrage dont tout le monde parlait. Et là, surprise ! La présence surnaturelle de vampires ne m’effraie pas et je suis séduite par l’histoire d’amour impossible des héros. C’est à ce moment-là que je me suis intéressée au phénomène. J’ai lu tous les romans de Stephenie Meyer, dont les films sont adaptés, et j’ai enquêté sur l’engouement de la série auprès des adolescents et jeunes adultes.

Les années suivantes, j’ai regardé les deuxième, troisième et quatrième chapitres, sans toutefois retrouver le même plaisir que m’avait suscité le premier épisode. Même si je suis restée très attachée à la saga, j’avoue avoir été déçue par le manque d’action, la lenteur de certaines scènes et les sentiments fleur bleue derrière lesquels se cache un discours ultra conservateur que l’on doit aux croyances mormones de l’auteur. Je pensais aussi que le fait d’avoir lu les livres en amont participait à ma déception – c’est toujours mieux dans les bouquins ! Le dernier volet m’a prouvé que j’avais tort…

Le cinquième long métrage commence alors que Bella se transforme en vampire, suite à un accouchement sanguinolent. La jeune femme découvre son corps transformé, apprivoise ses nouvelles facultés et retrouve l’enfant quelle a mis au monde. Sa vie semble enfin parfaite… sauf que la présence de sa fille est mal interprétée aux yeux des Volturi, des buveurs de sang sans pitié, qui décident de venir supprimer toute menace. Les Cullen tentent alors de réunir familles et amis pour les affronter…

Contrairement aux précédents films, celui-ci ne traîne pas en longueur. L’intrigue est prenante et l’action au rendez-vous. Quelques scènes de romantisme mielleuses, mais pas autant que d’habitude. Surtout, un combat final impressionnant, d’une grande intensité, riche en effets spéciaux et en surprises, même pour ceux qui ont lu le roman ! En effet, le réalisateur Bill Condon livre sa propre interprétation de l’histoire et offre un épilogue inédit et renversant, qui participe grandement au succès du film (meilleur démarrage de l’année en France !).

Enfin, un truc tout bête que j’ai aimé : le générique ! Les couleurs sombres et la musique douce restituent toute l’atmosphère de la saga. Celui de la fin, en particulier, rappelle tous les personnages et leurs interprètes, en guise de remerciements… et d’adieux.

Publicités

6 réflexions sur “Twilight n’est pas immortel

  1. j’ai lu les livres mais c’est vrai que les films n’étaient pas à la hauteur (j’ai bien aimé le premier, et j’ai trouvé le deuxième soporifique).
    Tout le monde a l’air de s’accorder pour apprécier le dernier, cela dit !

T'en penses quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s