Au pays d’Agrabah…

Voilà bientôt un an que j’ai passé quelques jours à Abu Dhabi, capitale des Émirats Arabes Unis. Je n’avais pas encore eu l’occasion de vous faire profiter du voyage…

IMG_3931Abu Dhabi fait partie des villes qui ont connu une croissance exponentielle au xxe siècle grâce à ses exploitations de pétrole. C’est pourquoi, la capitale regorge de constructions récentes et particulièrement luxueuses, qui en font l’une des destinations privilégiées des hommes d’affaires, starlettes et autres touristes urbains.

10152542_10152359807324696_4805468039164757314_n 10268471_10152359806899696_2527977787333838438_nIMG_3596Malgré ses immeubles toujours plus hauts, insolites et modernes, certains encore en constructions, Abu Dhabi compte aussi quelques édifices traditionnels, à défaut d’être historiques. C’est le cas de la mosquée Sheikh Zayed, terminée en 2007 après douze ans de travaux. Sa visite est gratuite et exige, bien sûr, de se couvrir les jambes ainsi que les bras et les cheveux pour les femmes. Le lieu vaut le détour : la bâtisse est immense, immaculée, étincelante… L’intérieur renferme le plus grand lustre et le plus grand tapis du monde. Il s’agit aussi de la plus importante structure en marbre construite par l’Homme. Dépaysement garanti ! On se croirait au palais d’Agrabah…

IMG_3607

IMG_3696

IMG_20140409_145923  IMG_3643 IMG_3745

Abu Dhabi est un savant mélange de tradition et de modernité, où l’on croise aussi bien des Emiratis vêtus de dishdasha blanches, que des jeunes femmes ultra maquillées. Les buildings côtoient les mosquées et la richesse du pays transparaît à tous les coins de rue : voitures de sport, distributeur d’or, boutiques de luxe… Autre détail étonnant : le désert se trouve aux portes de la ville !

10155324_10152359807989696_2689585431520067487_n 10259752_10152359808059696_4607487514660175699_nIMG_3921 IMG_3933 IMG_3959

J’ai aimé :

  • La mosquée
  • La propreté
  • La plage presque vide
  • Le village artisanal même s’il est artificiel

Je n’ai pas aimé :

  • Le manque d’âme dû à l’absence de centre historique
  • Le côté « m’as-tu vu »
  • Les rues désertes en raison de la chaleur étouffante.

 

Mes 10 commandements de future maman

Je viens de me rendre compte que cela faisait cinq longs mois que je n’avais pas écrit sur mon blog ! La faute à un planning très chargé et surtout perturbé par un heureux événement programmé pour cet été… Pas encore maman et déjà plus une minute à moi, je n’en reviens pas ! Je me suis pourtant jurée de ne pas devenir l’une de ces mères parfaites qui consacrent tout leur temps à leurs enfants et délaissent non seulement leur entourage et leurs loisirs, mais surtout leur vie de femme.

MamanNon, je m’engage à rester la même et à respecter les dix commandements que je me suis fixés :

  1. Garder du temps pour moi et continuer à me rendre en institut de beauté, par exemple
  2. Sortir régulièrement : au cinéma, au restaurant ou dans les magasins, avec ou sans Bébé
  3. Voir mes amis aussi souvent et surtout m’intéresser à eux
  4. Avoir d’autres sujets de conversation que la maternité, les biberons, les couches et les poux…
  5. Continuer le sport, au moins la rando
  6. Retrouver la ligne
  7. Prendre soin de mon apparence, continuer à me maquiller et ne JAMAIS céder à l’appel du survêt !
  8. Ne pas devenir une maniaque de la propreté et de l’hygiène
  9. Ne pas passer des heures en cuisine, quitte à manger des surgelés ou finir au fast-food
  10. Et surtout, le plus important, ne JAMAIS, au grand JAMAIS, délaisser mon mari sans qui ma nouvelle vie n’existerait pas.

Tout cela en essayant d’être une mère cool, attentive, patiente, prévenante, vigilante et responsable, évidemment…
J’en demande trop ?!

Le plus grand mystère de l’aviation civile

Un an que l’on n’a pas eu de nouvelles du vol MH370 de la Malaysia Airlines. Je ne sais pas si c’est parce que je devais prendre l’avion quelques semaines plus tard à l’époque, mais cet événement m’a marquée. Aujourd’hui, on ne sait toujours pas ce qu’il s’est passé le 8 mars 2014, à 1 h 21 du matin, au large du Viêtnam. Le Boeing 777, pourtant considéré comme le meilleur avion du monde, s’est-il crashé dans la mer de Chine ? A-t-il atterri en urgence sur une île perdue ? Le pilote, très expérimenté, s’est-il suicidé ? L’appareil a-t-il été détourné par des terroristes ou encore détruit dans les airs par l’armée américaine ? Ces deux dernières hypothèses semblent les plus plausibles. C’est ce que démontrent certains spécialistes interrogés dans le cadre du documentaire Disparition du vol de la Malaysia Airlines : que s’est-il vraiment passé ?, à voir ce soir sur W9.

Boeing-777-Malaysia-Airlines-un-atterissage-aux-Maldives-est-envisage

Supposition

Le vol MH370 reliant Kuala-Lumpur à Pékin s’est volatilisé à 11 000 mètres d’altitude alors qu’il s’apprêtait à entrer dans l’espace aérien vietnamien, où les communications ont la réputation d’être difficiles. Malgré ses 350 tonnes et ses quatre-vingts caméras embarquées, il rompt soudainement le contact avec le sol. Toutefois, des radars militaires et plusieurs satellites repèrent des traces de l’avion. Ils le voient emprunter une trajectoire très précise, qui laisse à penser que le pilote a préparé ce changement d’itinéraire bien à l’avance. La piste du détournement terroriste est alors amorcée, d’autant plus qu’on apprendra plus tard que deux passagers iraniens étaient à bord clandestinement, munis de faux passeports. Les radars pistent l’appareil au-dessus des frontières malaisiennes, thaïlandaises puis indonésiennes, jusqu’en direction des îles Andaman, où ils le perdent de vue. Après avoir changé de cap plusieurs fois tout en prenant soin d’éviter les aéroports, l’avion semble se diriger vers l’île Diego Garcia, qui n’est autre que l’une des plus secrètes bases militaires américaines. En apercevant l’engin probablement détourné approcher droit sur elle, l’armée aurait pu prendre l’initiative de l’abattre en plein vol, quitte à sacrifier ses 227 passagers. Cette théorie expliquerait que l’information soit restée secrète jusqu’à aujourd’hui…

Qu’en pensez-vous ?

Un hiver au chaud

L’automne a mis du temps à arriver dans le sud – et tant mieux ! Désormais, une forte envie de shopping me démange et me pousse à repérer les tendances de la saison…

La couleur de la saison : le kaki ! Vue chez Isabel Marant, Max Mara, Lanvin et Balmain. © Imaxtree

La couleur de la saison : le kaki ! Vue chez Isabel Marant, Max Mara, Lanvin et Balmain. © Imaxtree

  • Sixties

En surfant sur les sites de mes marques préférées, j’ai remarqué une invasion de petites robes trapèze que, personnellement, j’adore. Je les trouve à la fois simples et élégantes, confortables et surtout très féminines. En plus, elles mettent en valeur la silhouette. Je les aime de couleur unie et flashy, rose par exemple, pour rappeler l’esprit des sixties.

À choisir avec des manches longues de préférence. © www.louisaliyah.com

À choisir avec des manches longues de préférence.
© http://www.louisaliyah.com

  • Army

Cet hiver encore, le style militaire semble être de rigueur. Tant mieux, il fait aussi partie de mes looks préférés. J’aime particulièrement les vestes d’officier – même si j’enrage quand je perds les boutons –, les casquettes et les bottes de cavalier. Le bleu marine et le marron, mes couleurs fétiches, s’effacent cette saison au profit du kaki et du camel.

Chemise en cuir kaki de Zara, idéal avec un jeans.

Chemise en cuir kaki de Zara, idéal avec un jeans.

  • Sporty

Cet hiver est propice aux matières chaudes. Pour un look « cocooning », j’opte pour une robe en laine à porter avec une bonne paire de collants, ou un pull montagnard bien douillet – même avec des motifs bien ridicules ! On peut aussi ressortir la grosse doudoune, le sweat-shirt en molleton et le blouson teddy pour un style sporty et moderne ! La veste en cuir reste d’actualité, surtout dans le style bombardier.

Le côté sport du sweat doit être atténué et féminisé par un mini short, comme ici chez Topshop.

Le côté sport du sweat doit être atténué et féminisé par un mini short, comme ici chez Topshop.

  • Preppy chic

Du côté des accessoires, les créateurs semblent vouloir remettre au goût du jour des pièces désuètes dont je me passerai volontiers : le sac à dos, les escarpins pointus et les colliers ras du cou… Par contre, nombreux sont ceux qui laissent les chaussettes dépasser des bottines et je trouve ce détail très stylé et en même temps confortable.
Autre valeur sûre de la saison, les carreaux et la (fausse) fourrure sont partout !

On fait sortir les chaussettes des boots, pour encore plus de confort et de style ! © Newlook

On fait sortir les chaussettes des boots, pour encore plus de confort et de style !
© Newlook

  • Et vous Messieurs ?

Cette année, les couturiers ne se sont pas beaucoup foulés et ont pioché chez les femmes les pièces phare de leurs collections pour hommes. Ainsi, le cuir, la fourrure, les imprimés camouflage et la peau de mouton retourné, entre autres, se retrouvent également dans les dressings masculins. Autre part de féminité qui s’impose cet hiver dans les placards des
hommes : le rose et ses multiples déclinaisons, ainsi que les foulards délicats.

Un détail subsiste pour marquer sa virilité : relever le col de sa veste !

Chez les femmes comme chez les hommes, le teddy a la cote ! Messieurs, pensez à relever le col ;) © Redskins

Chez les femmes comme chez les hommes, le teddy a la cote ! Messieurs, pensez à relever le col 😉
© Redskins

C’est aux Seychelles que la vie est belle…

Difficile d’entamer cet article sur mes vacances aux Seychelles tant j’ai de choses à raconter.
Je ne sais par où commencer !

Débutons par ma première impression en sortant de l’avion. Ce qui m’a immédiatement frappé, c’est cette chaleur intense et étouffante qui m’a directement happée. Non seulement il faisait chaud, mais en plus il faisait humide, ce qui alourdissait l’air encore plus.

ImageDeuxième chose qui m’a marquée : la végétation. Je m’étais beaucoup documenté sur les Seychelles avant de partir, j’avais vu des tas de photos et lu plein d’avis de voyageurs, mais je n’avais pas compris qu’il y avait autant de verdures. Personne ne m’avait prévenu qu’au centre de l’île, c’est la jungle ! Les minuscules routes sont quotidiennement obligées d’être dégagées,
à la main, par les habitants pour ne pas gêner la circulation. Forcément, soleil + moussons favorisent la pousse des plantes et des arbres ! C’est propre au climat tropical, en fait. J’ai adoré traversé l’île d’ouest en est pour me retrouver au milieu de cette végétation luxuriante, qui m’a vraiment fait me rendre compte que j’étais bien à mille lieues de chez moi !

Des bananes au bord de la route !

Des bananes au bord de la route !

La jungle !

La jungle !

Autre caractéristique des Seychelles : la gentillesse des Seychellois ! Ça, j’en avais entendu parler. Je pense que, comme sur toute île, les gens sont beaucoup plus tranquilles et moins pressés qu’en métropole, ce qui a des avantages et des inconvénients – mais, en vacances, je ne retiens que les avantages. Le créole étant la langue principale, le tutoiement est de mise, et met tout de suite à l’aise, même s’il est difficile de tutoyer quelqu’un que l’on ne connaît pas en retour. Assez réservés au premier abord, les Seychellois n’en restent pas moins super accueillants, souriants et particulièrement serviables. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux n’ont pas hésité à prendre leur téléphone et passer un coup de fil pour se renseigner et nous aider à retrouver notre chemin !

Le week-end, les Seychellois dansent le zouk au bord de la plage !

Le week-end, les Seychellois font la fête et dansent le zouk !

Autre particularité des autochtones : ils marchent. Tout le temps. Les jeunes, comme les vieux. Qu’il pleuve ou que le soleil cogne, on les voit, à pied, le long des routes. Ils attendent le bus, font du stop ou rentrent tout simplement chez eux à pied. Très peu ont une voiture – et, quand ils en ont une, elle est souvent petite, vieille et tunée !

Image

Image

Une écolière en uniforme.

Perdues au milieu de l’océan indien, les Seychelles sont obligées de fabriquer le plus de choses possibles d’elles-mêmes afin d’en importer un minimum et ainsi faire des économies. J’ai notamment pu goûter à des chips locales (très épaisses, peu salées et au vrai goût de pomme de terre). Même les meubles sont confectionnés sur place : au restaurant de l’hôtel, j’ai remarqué que les stores et chaises-hautes pour bébés étaient réalisés en bambou !

Image

Maisons traditionnelles seychelloises, en bois.

Passons maintenant aux plages qui font la réputation des Seychelles. Bien sûr, elles sont magnifiques. Le sable blanc, l’eau chaude et turquoise, les cocotiers et takamakas (arbres typiquement seychellois) en bordure : une vraie carte postale ! Et dans l’océan, c’est tout aussi beau : un aquarium géant où se mélangent coraux, poissons bleus, jaunes, rayés, et toutes sortes de crabes qui sortent à marée basse et rejoignent les hérons.

Image

Baie Lazare, dans le sud-ouest de Mahé

Image

Glacis (rochers typiques des Seychelles) à Port-Launay.

Image

Des petits poissons très colorés.

L’archipel des Seychelles est composé de 115 îles. J’étais sur la plus grande, Mahé, où se situe la plus petite capitale du monde, Victoria. 27 km de long sur 7 km de large, on a vite fait le tour de ce petit paradis. Il y a quand même plusieurs sites à visiter. À l’usine à thé, on assiste à toutes les étapes de la fabrication artisanale de thé, de la récolte à la mise en sachet.

Image

Des femmes ramassent des feuilles de thé dans les champs de théiers.

Image

Encore des femmes à la tâche…

Au Jardin du roi – très difficile d’accès –, on découvre toutes sortes d’arbres fruitiers, et on rencontre quelques bêtes locales : araignées, lézards, tortues géantes et chauve-souris particulièrement grandes que l’on aperçoit facilement dans le ciel dès la tombée du jour.

Image

Des dizaines de tortues géantes attendant les caresses des passants.

Image

Une chauve-souris de jour.

Du haut de ses 667 mètres, le Morne Blanc abrite encore la Mission Lodge, une école du XIXe siècle construite pour les orphelins d’esclaves libérés des navires négriers par les Britanniques. Malgré les ruines, on sent que ce lieu est chargé d’Histoire et, en plus, il offre un point de vue magnifique.

Image

Vue depuis Mission Lodge…

À Victoria, le temple hindou est destiné aux quelque 2 000 pratiquants seychellois. Il faut retirer ses chaussures pour le visiter. À l’intérieur, les fidèles prient en tournant autour des dieux qu’ils vénèrent. L’île est à majorité catholique, mais compte aussi quelques protestants, anglicans et musulmans, et abrite donc de nombreuses églises, cathédrales et même une mosquée.

Image

J’aurai encore plein de trucs à raconter, comme la conduite à gauche, les chiens errants, la cuisine créole… Mais pas sûr que mes lecteurs tiennent jusqu’au bout ! Et puis, il faut bien laisser un peu de surprise à ceux qui seraient tentés de découvrir les Seychelles par eux-mêmes, ce que je recommande fortement ! D’ailleurs, je compte bien y retourner un jour : il me reste une centaine d’îles à visiter !

 

La levure de bière, un allié santé et beauté

Ça fait plusieurs années que j’entends parler des effets extraordinaires de la levure de bière. Il s’agit de minuscules champignons poussant naturellement sur certains fruits et dans le moût de bière. En complément alimentaire, elle faciliterait la repousse des cheveux et des ongles, améliorerait leur résistance et leur brillance. Moi qui ait les ongles mous et cassants, et qui peine à afficher une belle manucure, j’ai décidé de sauter le pas et de me procurer ce fameux produit miracle.

Image

Je commence la cure de cinquante jours aujourd’hui, à raison d’un comprimé quotidien. L’odeur n’est pas très agréable, mais avec un grand verre d’eau, ça passe très bien ! J’en ai trouvé en grande surface entre 6 et 7 euros, mais je suppose que toutes les pharmacies et parapharmacies en proposent. La formule des laboratoires Juvamine est complétée en zinc, qui aide à garder la peau, les ongles et les cheveux sains. Chose que je ne savais pas, la levure de bière est riche en vitamines B2 et B3, bonnes pour la santé de la peau ; en oligo-éléments et protéines, qui permettent de lutter contre la fatigue passagère ; ainsi qu’en acides aminés, qui améliorent la digestion. Je vous redis ce qu’il en est dans cinquante jours…

50 jours plus tard…

Ça y est, j’ai terminé ma petite boîte de levure de bière !
Le verdict ? Mitigé. Je n’ai pas remarqué d’effet important, mais je vais quand même faire le point :
– Les cheveux : peut-être un peu plus brillants qu’auparavant, mais si j’ai le doute c’est que ce n’est pas flagrant.
– Les ongles : toujours aussi mous et cassants ! Peut-être qu’ils ont poussé un peu plus vite…
– La peau : c’est vrai qu’elle me paraît plus saine, avec moins d’impuretés. C’est la seule chose positive que je relève.
Pour les ongles et les cheveux, je suis vraiment déçue. Le traitement peut être renouvelé une fois. Je devrais peut-être persévérer ? Je ne suis pas très motivée…

Sur les terres de Jérusalem

C’est marrant, parce qu’Israël ne faisait pas vraiment partie des destinations qui me faisaient rêver. Je crois même n’avoir jamais pensé y aller un jour. Pourtant, après avoir visité Jérusalem, je me dis que, croyants ou non, c’est une ville à voir au moins une fois dans sa vie.

Jerusalem

Pourquoi ? Parce que c’est un endroit chargé d’Histoire, vieux de 4 000 ans, à la fois important pour les religions juive, chrétienne et musulmane qui lui vaut d’ailleurs le surnom de « ville trois fois sainte » et qui contient de nombreux lieux sacrés.

22

Déjà, le mur des lamentations. Rien que le nom est mythique. Il est de coutume d’inscrire ses vœux sur un petit morceau de papier et de le placer entre les pierres. La place manque et les notes tombent par terre, mais elles sont récupérées et enterrées. Le mur m’a paru bien plus petit que dans mon imagination (60 mètres) et moins fréquenté aussi.

Mur

J’ai aussi eu la chance de visiter le Saint-Sépulcre, qui n’est autre que le tombeau du Christ. Cette église a été construite sur la grotte où le corps de Jésus de Nazareth a été déposé après sa crucifixion. C’est incroyable de pouvoir se recueillir et déposer un cierge sur la tombe de J-C !

31

Le dôme du Rocher est le troisième lieu saint pour les Musulmans puisqu’il abrite le Rocher de la fondation, lieu où le prophète Mahomet serait monté au ciel lors de son « voyage nocturne » de La Mecque à Jérusalem.

25

La ville est divisée entre quatre quartiers : un Juif, un Musulman, un Chrétien et un Arménien. C’est pas beau, ça ?

20131010_161309

20131010_161225

20131010_163226